Formation en biologie végétale
Règne végétal
Slider

L’origine des plantes

L’émergence des plantes s’est produite il y a quelque 480 millions d’années et constitue, à n’en pas douter, un événement majeur dans l’histoire de la vie à la surface de notre planète, notamment parce que c’est avec les plantes, organismes terrestres dans leur grande majorité, que s’acquiert donc l’indépendance à l’égard du milieu aquatique. L’origine des embryophytes est restée difficile à cerner jusqu’il y a peu. Cependant, on la considérait généralement comme étant monophylétique, c’est-à-dire dérivée d’un ancêtre unique, que l’on pensait être une chlorophyte. En effet, parmi les 70.000 espèces d’algues actuelles et fossiles, seules les algues vertes ont en commun avec les embryophytes :
  • une même composition chimique de la paroi cellulaire (polysaccharides dont la cellulose),
  • des pigments photosynthétiques semblables (chlorophylles a et b, caroténoïdes),
  • le même type de réserve nutritive (amidon) et
  • une organisation flagellaire similaire pour les cellules mobiles.
Chez les algues vertes, une petite vingtaine d’espèces regroupées dans l’ordre des Coleochaetales, possèdent le plus grand nombre de points communs avec les 250.000 espèces actuelles d’embryophytes, dont la présence de lignine et de sporopollénine. De plus, toutes les espèces du sous-ordre des Choleochaete sont oogames, ce qui constitue une caractéristique de tous les embryophytes. L’exploitation de données moléculaires (séquences d’ADN, structure du génome) en systématique nous aide aujourd’hui à mieux comprendre les premières étapes de la diversification des plantes et confirme leur origine charophytique, bien que ce groupe soit caractérisé par un cycle de développement monogénétique haplophasique (Figure 1).
Figure 1 : Le cycle de reproduction monogénétique haplophasique chez Chara, une algue verte
Les données moléculaires démontrent également le monophylétisme de diverses lignées de charophytes et de plantes terrestres. Ces études identifient les hépatiques comme étant les premières plantes terrestres et positionnent les lycopodes à l’origine des plantes vasculaires. Elles établissent que les Bryophytes et les Ptéridophytes (les fougères) constituent les premiers niveaux de l’évolution des plantes terrestres. De nombreuses questions restent posées cependant et une reconstruction précise de la phylogénie des plantes terrestres nécessitera encore l’analyse des séquences de très nombreux gènes et de la structure des génomes des différents groupes d’organismes.
Fermer le menu