Formation en biologie végétale
Règne végétal
Slider

Diversité des angiospermes

Les Angiospermes constituent l’essentiel de notre paysage naturel et regroupent environ 230.000 espèces présentant une diversité de formes et de tailles infinies. Ainsi, les Eucalyptus sont des arbres qui peuvent atteindre plus de 100 mètres de hauteur alors que les lentilles d’eau (Lemna) sont constituées d’une simple lame chlorophyllienne d’1 à quelques millimètres, munie d’une racine simple et flottant à la surface des étangs.

Les Angiospermes colonisent l’ensemble de la planète, à l’exception de quelques contrées aux environnements les plus extrêmes : certaines espèces sont aquatiques (y compris marines), d’autres sont adaptées aux environnements les plus arides (ex. : les cactus). La plupart des espèces vivent de façon autonomes ; certaines sont cependant parasites (gui) ou saprophytes.

Les études moléculaires ont remis en cause la division classique des Angiospermes qui se fondait sur le nombre de feuilles primordiales – les cotylédons – contenues dans la graine. Les classifications actuelles reposent plutôt sur le nombre de pores (apertures) présents sur le grain de pollen et reconnaissent 3 groupes. Nonante-sept pourcent des Angiospermes sont réparties en deux sous-classes majeures : les Monocotylédones avec 65.000 espèces environ et les Eudicotylédones qui comprennent quelque 165.000 espèces. Les 3% restants font partie d’un groupe primitif hétéroclite comprenant une vingtaine de familles rassemblées notamment dans les ordres des Magnoliales, Pipérales, Laurales et Cératophyllales. Ces plantes étaient traditionnellement classées parmi les dicotylédones mais elles présentent des caractères communs avec les monocotylédones, notamment leurs grains de pollen monoaperturés.

Fermer le menu