Formation en biologie végétale
Règne végétal
Slider

Diversité des Ptéridophytes

Les Ptéridophytes sont regroupées en 2 classes :

  1. Les Lycophytes (Lycopodiopsida) (3 familles, 6 à 15 genres, environ 1000 espèces).Les Lycophytes  comptent trois ordres (et donc avec chaque fois, une famille représentée) : des lycopodes, des sélaginelles et des isoètes. Leurs feuilles sont généralement de petite taille, pourvue d’une seule nervure médiane et non enroulées en crosse jeunes.
  • Lycopodiales

La tige des lycopodes est rampante, pourvue de racines et porte des axes dressés (Photo 1) sur lesquels se forment les sporanges dispersés le long de la tige ou groupés en strobile, sorte d’épi. Les sporanges sont généralement situés sur la face supérieure des feuilles. Les méiospores sont toutes de même taille (isosporie). De nombreuses lycopodes arborescentes formaient, avec les ancêtres des prêles, les paysages forestiers du Carbonifère (autour de 300 millions d’années). Leur décomposition ont donné le charbon.

Photo 1 : Axes dressés des lycopodes

  • Sélaginalles

Les sélaginelles recevront une attention plus détaillée car c’est au sein de ce groupe qu’apparaît l’hétérosporie, associée à une hétérosporangie marquée.

  • Isoétales

Les isoètes sont des plantes à tige courte renflée en bulbe. Les sporanges sont inclus dans la base des feuilles qui, toutes, sont potentiellement des sporophylles. Il y a hétérosporie.

  1. Les prêles et les fougères sont, selon l’APGIII, repris dans la classe des Polypodiopsida (7 ordres, 44 familles, 300 genres et environ 10 300 espèces) et comptant plusieurs ordres, dont les :

Ordre, anciennement aussi nommées Sphénophytes, représenté actuellement par le seul genre Equisetum, les prêles. Celles-ci développent un rhizome souterrain, muni de racines et portant des ramifications aériennes annuelles, typiquement cannelées et pourvues de verticilles de feuilles étroites. Les sporanges sont groupés en épis à l’extrémité des axes végétatifs ou d’axes spécialisés, les sporangiophores. Il y a un seul type de spores (isospories) entourées d’élatères qui contribuent à la dissémination en se déployant lorsque le taux d’hygrométrie diminue.

Ordre constituant de loin le groupe le plus imposant des Ptéridophytes. Ils comprennent deux groupes principaux :

  • les Filicales, auxquelles appartiennent les fougères, sont caractérisées par une isosporie généralisée (Photo 2).
  • les Hydroptéridales vivent en milieu aquatique (par exemple, les Salvinies) ou humide une bonne partie de l’année (Pilulaires) et sont hétérosporées (Photo 3).

Photo 2 : Blechnum spicant, une fougère de l’ordre des Filicales.

Photo 3: Azolla, un ptéridophyte aquatique (hydroptéridale)

Trois autres classes, entièrement fossiles, sont habituellement reconnus. Ceux-ci ont été dominants du milieu du Silurien au milieu du Dévonien (425 à 370 millions d’années) à la fin duquel ils ont disparu (environ 360 millions d’années) :

  • les Rhyniophyopsida (425 à 380 millions d’années), notamment avec le genre fossile Cooksonia, la plus ancienne plante vasculaire connue qui mesurait environ 6,5 cm de hauteur (-420 Ma, fin du Silurien)
  • les Zostérophyllophyopsida (408 à 370 millions d’années)
  • les Trimérophyopsida (395 à 375 millions d’années)