Formation en biologie végétale
Règne végétal
Slider

Diversité des ptéridophytes

Les Ptéridophytes actuels se répartissent en 4 sous-embranchements : Les Psilophytes, dont l’exemple classique est le Psilotum, constituent le groupe le plus primitif des Ptéridophytes. Le Psilotum est une plante des régions tropicales et subtropicales constituée d’un rhizome, dépourvu de racine mais nanti de rhizoïdes bi- ou tri- cellulaires, portant des axes dressés, se ramifiant par dichotomie, sur lesquels s’insèrent des feuilles ou écailles non vascularisées. Les sporanges, groupés par trois, sont situés au sommet d’un pédicelle vascularisé, très court. Les méiospores sont toutes de même taille (isosporie). Les Lycophytes sont plus diversifiés, avec trois groupes principaux : les lycopodes, les sélaginelles et les isoètes. Leurs feuilles sont généralement de petite taille et pourvue d’une seule nervure médiane. Les Sphénophytes sont représentés actuellement par le seul genre Equisetum, les prêles. Celles-ci développent un rhizome souterrain, muni de racines et portant des ramifications aériennes annuelles, typiquement cannelées et pourvues de verticilles de feuilles étroites. Les sporanges sont groupés en épis à l’extrémité des axes végétatifs ou d’axes spécialisés, les sporangiophores. Il y a un seul type de spores (isospories) entourées d’élatères qui contribuent à la dissémination en se déployant lorsque le taux d’hygrométrie diminue. Les Ptérophytes constituent de loin le groupe le plus imposant des Ptéridophytes. Ils comprennent deux groupes principaux : les Filicales, auxquelles appartiennent les fougères dont nous avons déjà parlé, sont caractérisées par une isosporie généralisée ; les Hydroptéridales vivent en milieu aquatique et sont hétérosporées.
Photo 2 : Azolla, un ptéridophyte aquatique (hydroptéridale)
Trois sous-embranchements entièrement fossiles sont habituellement reconnus. Ceux-ci ont été dominants du milieu du silurien au milieu du dévonien (425 à 370 millions d’années) à la fin duquel ils ont disparu (environ 360 millions d’années) ;
  • les Rhyniophytes (425 à 380 millions d’années)
  • les Zostérophyllophytes (408 à 370 millions d’années)
  • les Trimérophytes (395 à 375 millions d’années)
Fermer le menu