Formation en biologie végétale
Règne végétal
Slider

Principales  caractéristiques des Ptéridophytes

Tous les Ptéridophytes ont en commun divers caractères :

  • Leur cycle de développement est digénétique haplodiplophasique et consacre la dominance du sporophyte (2n) car toujours le gamétophyte demeure discret. Celui-ci sera soit bisexué, soit unisexué mâle ou femelle.
  • Le sporophyte correspond donc à la phase végétative du cycle de développement. Il se présente sous la forme d’un cormus vrai bien qu’un sous-embranchement, toujours représenté actuellement (de façon limitée il est vrai), se caractérise par l’absence de racines et d’organes foliacés.
  • Le sporophyte est pourvu d’un système vasculaire dont les premières ébauches ont pu être décelées chez les algues. Ces dernières, se développant dans un milieu aquatique, ont pu sans inconvénient atteindre de grandes tailles car leur alimentation en eau et en éléments minéraux était assurée à chaque niveau du thalle. Chez les Bryophytes, la taille toujours réduite ne pose pas de réels problèmes de conduction et l’appareil conducteur y est toujours à l’état rudimentaire. L’acquisition de la vascularisation permet aux Ptéridophytes de s’affranchir du substrat tout en continuant à assurer un approvisionnement en eau adéquat des parties aériennes qui en sont les plus éloignées. La taille des plantes va dès lors augmenter de manière remarquable.
  • Les Ptéridophytes ne produisent pas de graines mais l’hétérosporie constitue une autre acquisition significative de cet embranchement. La conséquence en est l’hétérothallisme des gamétophytes mâle et femelle qui pourront dès lors connaître des évolutions différentes.

Trois Sous-Embranchements parmi les quatre que comptent les Ptéridophytes actuels fourniront chacun un exemple en vue d’illustrer la diversité existant dans ce groupe. Les représentants actuels du sous-embranchement (S.-E.) des Sphenopsida se rangent dans un seul ordre (Equisetales) et dans un seul genre (Equisetum), très répandu et bien connu (les prêles). Les Ptérophytes (Ordre des Filicales) fourniront notre deuxième exemple. Enfin, les Sélaginelles, qui font partie du sous-embranchement (S.-E.) des Lycophytes, nous permettront d’apprécier une grande acquisition des Ptéridophytes en terme de reproduction car elles présentent de façon manifeste l’avènement de l’hétérosporie.

Pour en savoir plus

  1. Diversité des Ptéridophytes
  2. Cycles de développement 
  3. Evolution au sein des Ptéridophytes
  4. Les caractères des différents groupes
Fermer le menu