Formation en biologie végétale

Physiologie végétale

Slider

Hormones végétales

Introduction

La forme et la fonction des organismes multicellulaires ne seraient pas possibles sans une communication efficace entre les cellules, les tissus et les organes. Chez les plantes supérieures, la régulation et la coordination du métabolisme, de la croissance et de la morphogenèse dépendent souvent de signaux chimiques d’une partie de la plante à une autre. L’idée est née au XIXe siècle avec le botaniste allemand Julius von Sachs (1832-1897).

Sachs a proposé que les messagers chimiques soient responsables de la formation et de la croissance de différents organes de la plante. Il a également suggéré que des facteurs externes tels que la gravité pourraient affecter la distribution de ces substances dans une plante. Bien que Sachs ne connaissait pas l’identité de ces messagers chimiques, ses idées ont éventuellement mené à leur découverte.

Les hormones sont des messagers chimiques qui sont produits dans une cellule et modulent les processus cellulaires dans une autre cellule en interagissant avec des protéines spécifiques fonctionnant en tant que récepteurs liés aux voies de transduction cellulaire. Comme dans le cas des animaux, la plupart des hormones végétales sont synthétisées dans un tissu et agissent sur des sites cibles spécifiques dans un autre tissu à des concentrations extrêmement faibles. Les hormones qui sont transportées vers des sites d’action situés dans des tissus distants de leur site de synthèse sont appelées hormones endocriniennes. Celles qui agissent sur les cellules adjacentes à la source de synthèse sont appelées hormones paracrines. Le développement des plantes est régulé par six principaux types d’hormones: les auxines, les gibbérellines, les cytokinines, l’éthylène, l’acide abscissique et les brassinostéroïdes.

Une variété d’autres molécules de signalisation qui jouent un rôle dans la résistance aux agents pathogènes et la défense contre les herbivores ont également été identifiées chez les plantes, y compris les formes conjuguées et non conjuguées d’acide jasmonique et de petits polypeptides.

Fermer le menu